Blog
Transformer les unités économiques de production en aventures humaines
Transformer les unités économiques de production en aventures humaines

En cette rentrée 2013, je partage avec vous quelques réflexions estivales issues de premières réactions au titre de mon livre « Manager en période de crise » et profite de cet article de rentrée pour réaffirmer quelques convictions… scientifiquement et empiriquement démontrées !

« Pourquoi avoir intitulé ainsi cet ouvrage ? Il ne s’agit pas d’une crise… c’est bien plus grave et plus profond! ». Voici en substance l’un des premiers retours que je reçus auquel je répondis spontanément : « 100% d’accord avec vous ! ».

Comme l’écrivit en 2009 Philippe DESSERTINE, Directeur de l’Institut de haute finance, dans un livre au titre provocateur : « Ceci n’est pas une crise… juste la fin d’un monde » ! Telle est ma conviction… et sans doute mon espoir. Puisqu’il est démontré qu’il n’y a pas de changement sans nécessité, voici sans doute une opportunité de transformer en profondeur nos modes de travail et de management… donc nos modes de vie.

Président de l’Institut Esprit Service & Directeur général de MMA, Hervé FRAPSAUCE exprime ce sentiment d’urgence, partagé par beaucoup de managers : « Les enjeux business et financiers sont tels que les dirigeants ont besoin urgemment de tout le monde, ou du moins de la majorité d’entre eux, pour aller avec eux «au front». Donner de l’agilité, transformer le management et l’organisation en profondeur, intégrer vite le numérique, faire évoluer le modèle social, restaurer la confiance, donner envie de manager et de prendre des responsabilités, voilà les grands enjeux stratégiques pris à bras le corps au plus haut niveau des organisations ! »

Comment définit-on aujourd’hui la notion d’entreprise ? Majoritairement comme « une unité économique et sociale de production de bien ou de services ». Jean KASPAR tente de promouvoir une autre définition, plus adaptée au monde d’aujourd’hui et de demain : « communauté d’hommes et de femmes qui mettent en commun leur intelligence et leurs compétences en vue de produire un bien ou un service ». Ce modèle est bien sûr sous-tendu par une autre approche du travail, non plus considérée comme un coût mais comme un investissement. Bref, avant tout une aventure humaine reposant sur un projet co-construit et partagé qui nécessite de libérer la parole pour « libérer l’intelligence trop souvent bridée par des rapports hiérarchiques et des modes de management d’un autre âge (…) se donner les moyens de faire de l’innovation une préoccupation concrète. »

Il s’agit donc bien d’une nouvelle ère, d’un nouveau paradigme, qui requiert l’invention d’un nouveau modèle économique. Dénommée « Economie positive » par son concepteur, Jean KASPAR nous propose donc de «faire de l’Humain l’alpha et l’oméga de cette organisation en prenant en compte les aspirations matérielles, intellectuelles, spirituelles et esthétiques des personnes. »

Bon nombre de détracteurs rétorqueront que tout cela est bien beau sur papier et fort conceptuel, pour ne pas dire philanthropique, mais que cela ne donne pas les clés d’une mise en pratique opérationnelle qui permettrait de transformer des entreprises sclérosées en difficulté financière, en organisation « humaine » et rentable.

C’est la raison pour laquelle j’ai souhaité vous relater l’aventure humaine de GRUND SA, PME régionale comme il en existe des milliers en France, qui plus est dans le secteur du textile, sinistré par la mondialisation. Cette histoire n’est pas réelle mais réaliste. Elle constitue un concentré d’expériences vécues, de méthodes éprouvées, qui ont permis à beaucoup de ses consœurs, petites et grandes, de retrouver le chemin du succès en mettant en œuvre à leur manière cette « économie positive ». Bonnes pratiques, postures, outils, méthodes sont mis en scène dans un roman pédagogique assorti de fiches pratiques.

J’ai nourri ainsi l’espoir de donner à voir, comprendre et ressentir comment, concrètement, ce modèle managérial pouvait se mettre en place et conduire à la réussite économique, humaine et sociale d’une organisation.

Une bouteille à la mer ?

Je serais heureuse de partager avec vous lecteurs, entrepreneurs, managers… vos expériences et vos réflexions !

Florence HUNOT